Les bienfaits de l'amour fraternel

La Bible dit dans le Psaume 133.1-3 : « Voici, oh! Qu’il est agréable, qu’il est doux pour des frères de demeurer ensemble!  C’est comme l’huile précieuse qui, répandue sur la tête, descend sur la barbe, sur la barbe d’Aaron, qui descend sur le bord de ses vêtements.  C’est comme la rosée de l’Hermon, qui descend sur les montagnes de Sion; car c’est là que l’Éternel envoie la bénédiction, la vie, pour l’éternité. »

Il existe des bienfaits à la communion fraternelle : la Bible la compare à de l’huile qui est répandue sur la tête. Nous savons, dans le contexte de ce texte et dans d’autres, que l’huile fait référence à une onction. Il y a une onction particulière lorsque nous demeurons ensemble. Il y a une grâce particulière au fait de demeurer ensemble que nous ne trouverons pas ailleurs.

Le partage, les rires que nous échangeons après le culte peuvent être salutaire pour plusieurs. Chacun se rend au temple avec ses réalités et son lot de soucis. Le câlin, le saint baiser que vous donnez à une personne âgée, la conversation que vous avez avec une jeune maman qui essaie de s’ajuster à son nouveau rôle de parent peuvent faire toute la différence dans la semaine de ces personnes. Les rires que vous échangez seront peut-être les seuls que cette personne aura eu de la journée.

Le verset continue en disant que cette huile descend sur le bord de ses vêtements. Donc cette huile, cette onction qui provient du demeurer ensemble, descend partout.  Elle s’imbibe jusqu’aux extrémités. Elle va donc plus loin que l’on peut se l’imaginer. Vous savez, l’église est un endroit extraordinaire. À aucun autre endroit vous ne trouverez une diversité telle que dans l’église. Dans le monde séculier, il y a des club de foot, des club d’échecs, etc. et il faut s’inscrire pour être membre de ces clubs. Dans le monde séculier, les dirigeants d’entreprises se tiennent entre eux, les médecins sortent ensemble, et ainsi de suite. Mais à l’église, nous avons une directrice d’entreprise et un chômeur qui sont assis côte a côte. Ils s’appellent frère et sœur et partagent le même Père céleste! Dans l’église il n’y a pas de statut social, ni de statut socio-économique; ce n’est que dans l’église que nous pouvons vivre ce miracle.

Comme l’huile qui se répand partout, les effets de la communion fraternelle se répandent aussi partout. Après le culte, pendant les réunions de semaine, ces moments de communion représentent aussi des moments de réseautage. Des occasions de rencontrer des gens auprès desquels vous n’auriez pas eu d’audience dans un autre cadre. Tu te plains que tu n’as pas d’emploi mais tu es le premier parti après le culte! Peut-être que cette journée-là ton voisin de gauche, qui travaille dans une société, va afficher des postes le lundi matin et que toi, en échangeant avec lui ce dimanche-là, tu auras accès à une information privilégiée. En lui remettant ton CV ce dimanche après-midi, il se retrouvera sur le haut de la pile le lundi matin!

Le verset conclut en disant que c’est là que l’Éternel envoie sa bénédiction. Savez-vous que la Bible affirme hors de tout doute que c’est la bénédiction de l’Éternel qui enrichit et il ne la fait suivre d’aucun chagrin (Proverbes 10.22).

La communion fraternelle est une bénédiction, mais le diable est un menteur (Jean 8.44). Il aura menti à certains d’entre vous en vous soufflant que la communion fraternelle est une source de problèmes parce que vous avez reçu une critique ou une parole déplacée dans le passé . En vous maintenant dans ce mensonge, il veut vous faire passer à côté de la bénédiction que Dieu vous a promise. Alors vous évitez les temps de communion. Après le culte, vous filez vite a votre voiture ou votre transport. Vous ne voulez pas interagir avec les gens, vous vous dites : « Je viens prier Dieu et j’y vais. » Mais la Bible dit : « Celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas » (1 Jean 4.20).

Alors permet-moi de te poser cette question : connais-tu les gens autour de toi? Non? Alors apprend à les connaitre et laisse-les faire de même car en ne le faisant pas tu te prives d’une belle bénédiction.

Oui, il y a peut-être eu des ratés dans le passé, des paroles ou actes maladroits ou malencontreux a ton égard, mais je t’exhorte aujourd’hui à pardonner ces offenses et à te saisir de la bénédiction qui découle de la communion fraternelle. Le vivre ensemble implique un certain risque de friction et d’ajustement mutuel, mais il ne faut pas laisser l’ennemi t’empêcher de le faire par peur d’être contrarié. Plus tu connaîtras les gens, plus eux aussi te connaîtrons. Vous connaîtrez alors chacun vos limites et ainsi il y aura moins de chances que ce genre de situations ne se produisent.

Alors affectueusement en Jésus-Christ, je te challenge d’approcher des frères et sœurs dans l’église que tu ne connais pas. Demande-leur leur nom et retiens-les! Sympathise avec eux, partage avec eux comme la Bible le recommande et dans ces temps de communion fraternelle le Seigneur ne manquera pas d’y déverser sa bénédiction.

© 2018 Église La Citadelle - Tous les droits sont réservés.

Suivez-nous :