Nous avons débuté la nouvelle année sous le thème : 2017, ANNÉE DE CONQUÊTE (Dt 2.24-25).

En Deutéronome 2.24-25, nos versets clés pour l’année, l’Éternel s’adresse au peuple d’Israël de la génération de Josué. Par ce mot d’ordre, il révèle au peuple que le désert dans lequel il vit depuis 40 ans est terminé et qu’il doit désormais commencer à marcher vers sa destinée.

Lorsque l’Éternel s’adresse à Josué, la conquête prend un autre sens. Il lui communique d’abord un message de consolation et lui lance ensuite un appel pour une mission royale.

Cet appel est encore valable aujourd’hui. Il s’adresse autant à la communauté qu’à l’individu.

Actes 11.19-27

19Ceux qui avaient été dispersés lors de la persécution survenue après la mort d’Etienne allèrent jusqu’en Phénicie, dans l’île de Chypre et à Antioche; mais ils n’annonçaient la parole qu’aux Juifs. 20Cependant, certains d’entre eux, qui étaient originaires de Chypre et de Cyrène, vinrent à Antioche et s’adressèrent [aussi] aux non-Juifs pour leur annoncer la bonne nouvelle du Seigneur Jésus. 21La main du Seigneur était avec eux et un grand nombre de personnes crurent et se tournèrent vers le Seigneur. 22La nouvelle en parvint aux oreilles des membres de l’Église de Jérusalem et ils envoyèrent Barnabas jusqu’à Antioche. 23A son arrivée, lorsqu’il vit la grâce de Dieu, il en éprouva de la joie. Il les encourageait tous à rester attachés au Seigneur d’un cœur ferme, 24car c’était un homme de bien, plein d’Esprit saint et de foi. Une foule assez nombreuse s’attacha au Seigneur. 25Barnabas se rendit ensuite à Tarse pour aller chercher Saul. 26Quand il l’eut trouvé, il l’amena à Antioche. Pendant toute une année, ils participèrent aux réunions de l’Église et ils enseignèrent beaucoup de personnes. C’est à Antioche que, pour la première fois, les disciples furent appelés chrétiens. 27A cette époque-là, des prophètes descendirent de Jérusalem à Antioche.

Le récit que nous venons de lire rapporte l’un des plus grands et puissants ministères de l’histoire de l’Église du premier siècle : « Gagneurs d’âmes ». Ce ministère est né suite à l’engagement des membres de l’Église de Jérusalem en réponse à l’appel du Seigneur. Leur expérience m’interpelle au plus profond de moi-même.

Tout a commencé le jour de la Pentecôte. Le Saint-Esprit est descendu comme des langues de feu sur les 120 disciples réunis dans la chambre haute. Il a communiqué à chaque disciple les deux secrets d’une vie chrétienne efficace : la passion de Christ et le dynamisme pour la mission.

Tout lecteur du livre des Actes sera impressionné par la passion qui a embrasé les premiers disciples de Jésus-Christ.

  • Humiliés, mais toujours enflammés pour le Seigneur.
  • Arrêtés, mais toujours enflammés pour le Seigneur.
  • Jugés, mais toujours enflammés pour le Seigneur.
  • Battus, mais toujours enflammés pour le Seigneur.
  • Condamnés et mis à mort pour Christ, mais toujours enflammés pour le Seigneur.

Ces premiers chrétiens ont fondé leur vie sur un seul principe : Je ne vis plus pour moi-même. Ma vie présente, je la vis pour Jésus. Faites de ce principe le fondement de votre vie. Engagez-vous à vivre pour Jésus-Christ quelle que soit la saison que vous traversez.

Il y a deux faits importants à relever dans ce récit. D’une part, les membres de l’Église de Jérusalem sont persécutés, arrêtés, jugés et battus par les soldats d’Hérode. Leurs biens sont confisqués et plusieurs parmi eux sont mis à mort. Conséquence : tous, excepté les apôtres, se dispersèrent dans les contrées voisines. D’autre part, fait surprenant, au lieu de voir la persécution et l’immigration forcée comme un châtiment, ils utilisent cette opportunité pour aller de lieu en lieu annoncer la Bonne Nouvelle.

Ces fidèles se sont sans doute dits : « Si nous sommes persécutés et mis à mort, l’Évangile lui, ne peut pas être persécuté et mis à mort. » Frère et sœur, nous avons un puissant message à délivrer et il ne peut être ni lié, ni mis à mort. Ce message porte des fruits tout au long de l’année, peu importe la saison (printemps, été automne, hiver) et le terrain dans lequel il atterri (même celui réputé le plus rocailleux). Ce message c’est la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, c’est l’Évangile.

  • L’Évangile est un message puissant et efficace aussi bien dans la bouche d’un enfant que dans celle d’un vieillard.
  • Il est puissant et efficace dans la bouche d’une femme comme dans celle d’un homme.
  • Il est puissant et efficace dans la bouche d’un riche comme dans celle d’un pauvre.
  • L’Évangile, c’est le message qui vient du cœur de Dieu.

Sans l’aide d’un bureau de coordination, les fidèles dispersés dans les diverses contrés agissent de manière spontanée en témoignant de leur foi à leurs voisins de Phénicie, de l’île de Chypre, d’Antioche et de Cyrène. Le Saint-Esprit accompagne leurs témoignages, les âmes s’ouvrent à l’Évangile et acceptent Christ.

UNE MISSION ROYALE POUR DES GENS ORDINAIRES

Christ ressuscité s’adresse à ses disciples en ces termes : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre (Mt 28.19a). Cette déclaration révèle que le Christ ressuscité est le Roi des rois. D’ailleurs, c’est la révélation que l’apôtre Paul communique à l’Église lorsqu’il déclare : Au Roi éternel, immortel, invisible, au seul Dieu, soient honneur et gloire pour l’éternité. Amen! (1Tm 1.17).

Ce Roi immortel et invisible adresse un appel pressant aux disciples : Allez et faites de toutes les nations des disciples (Mt 28.19b). Les premiers disciples qui répondent à cet appel sont des gens ordinaires comme en témoigne l’apôtre Paul : Considérez donc votre situation, frères : qui êtes-vous, vous que Dieu a appelés à lui? On ne trouve parmi vous que peu de sages selon les critères humains, peu de personnalités influentes, peu de membres de la haute société! (1 Co 1.26).

L’appel de Jésus, le Roi des rois, s’adresse aux prolétaires, aux gens sans instructions, aux mères de famille, aux pécheurs de Galilée, aux bergers, aux cultivateurs, aux jeunes, etc. (1 Co 1.26). Ils ne sont pas des professionnels de la prédication. Ils n’ont aucune qualification pour se tenir en chaire le dimanche matin et apporter la Parole. Malgré cela, ils ne se cherchent pas d’excuse pour se dérober à l’appel. Au contraire, ils répondent à cet appel en partageant leur témoignage avec passion. Dieu utilise chaque disciple qui répond à son appel pour réécrire l’histoire d’une vie brisée et enchaînée, d’une famille désunie, d’un quartier souffrant de mauvaise réputation, d’une ville où la terreur et la violence font partie du quotidien.

UN MESSAGE SIMPLE, MAIS PUISSANT

Le témoignage des fidèles transforme la vie d’individus jugés même dangereux et indésirables. Les hommes et les femmes qui écoutent ces témoins donnent leur vie à Christ et deviennent à leur tour des témoins.

Une conversation, un partage

Étant nouvellement arrivés dans la ville, les disciples abordent leurs voisins ainsi que les passants. Ils engagent une conversation juste pour partager leur expérience avec Christ et raconter ce qu’ils ont vu le Seigneur faire dans leur Église. Ils rapportent ainsi des paroles de prédication, des témoignages de guérison, des récits de résurrection des morts, des conversions et des vies transformées comme ce fut le cas pour Saul de Tarse.

Ils parlent avec passion en mettant l’emphase sur le Christ ressuscité. Leurs témoignages touchent les cœurs et leurs donnent envie de mieux connaitre le Seigneur.

Un langage familier

En lisant les Évangiles, nous découvrons deux vérités importantes. Premièrement, Jésus allait rejoindre les gens dans leur maison, sur la plage, dans le désert et le long des rues de Galilée et de Jérusalem. Il n’attendait pas d’être au temple ou dans la synagogue le jour du sabbat pour partager le message du Royaume. Deuxièmement, pour leur révéler le Royaume de cieux, Jésus parlait à ses contemporains dans un langage qu’ils pouvaient comprendre. Il mettait l’emphase sur des miracles de guérison, de délivrance et de résurrection. Il les consolait, mangeait et buvait avec eux, bref il s’intéressait à leurs besoins.

Sur les 3 779 versets que contiennent les quatre évangiles, 727, soit 19%, traitent spécifiquement de guérison de maladies physiques ou mentales et de résurrection des morts.

Face à l’opposition

Les premiers chrétiens suivent le modèle de leur Maître. Lorsqu’ils font face à l’opposition des chefs religieux juifs, ils évitent de tomber dans un piège en s’engageant dans un débat théologique sur la doctrine et les grands thèmes bibliques.

Ils adressent cependant une requête au Seigneur : Étend ta main pour qu’il se produise des guérisons, des signes et de prodiges par le nom de ton saint serviteur Jésus (Ac 4.30). Les signes et les prodiges sont des catalyseurs de la foi.

Plus tard, les leaders font face à une autre crise majeure. Cette fois, la crise prend naissance à l’intérieure même de l’Église. L’ennemi qui vient de l’extérieur est généralement plus facile à neutraliser que l’ennemi qui vient de l’intérieur. Cet ennemi est redoutable. Il est comparable à un arbre profondément enraciné dans le sol et donc, difficile à déraciner. C’est ainsi que les apôtres prennent position pour établir une deuxième stratégie efficace : Et nous, nous continuerons à nous appliquer à la prière et au ministère de la parole (6.4). Ils choisissent la prière pour implorer Dieu de manifester sa puissance lorsqu’ils rendent témoignage et qu’il touche les cœurs des auditeurs par son Saint-Esprit.

C’est d’ailleurs la vérité que Paul révèle aux chrétiens : Mon enseignement et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la « sagesse », mais sur une action manifeste de la puissance de l’Esprit. Ainsi votre foi a été fondée, non sur la « sagesse » humaine, mais sur la puissance de Dieu. (1 Co 2.4-5)

C’est armé de cette nouvelle stratégie que les disciples rencontrent leurs voisins de Chypre et d’Antioche. Plusieurs parmi eux souffraient de divers maux. Les disciples accompagnent donc leurs témoignages de prières. Cela porte fruit. Des voisins acceptent l’Évangile et des Églises naissent.

Opération 1-1-0-11

L’année de conquête est une année d’actions. Passer à l’action, c’est agir pour le Royaume de Dieu. Dans cet ordre d’idée, l’opération 1-1-0-11 est la mission royale que le Seigneur a confiée aux disciples. Cet appel missionnaire est encore valable pour chacun de nous aujourd’hui.

L’opération 1-1-0-11 c’est :

1 (un) témoin pour Christ. C’est votre identité pour l’année 2017. Vous êtes un témoin de Christ.

1 (une) âme. Vous êtes appelés à témoigner de votre foi en Christ pour amener une âme à la foi en 2017.

0 frais. Aucun frais ne sera engagé pour réaliser ce programme. Il est totalement gratuit.

11 mois. C’est le nombre de mois qui reste en 2017.

Le Seigneur invite chacun d’entre nous à s’impliquer dans le grand programme du Royaume de Dieu. Josué et les Juifs de sa génération ont fait la guerre aux villes et aux royaumes pour récupérer le pays promis. Aujourd’hui, le royaume que nous sommes appelés à conquérir, c’est le Royaume de Dieu. Pour y arriver, nous devons gagner les âmes qui sont sous la servitude du péché. Voilà l’appel que le Seigneur nous adresse en tant que disciples.

 

CONCLUSION

Ce message nous rappelle la mission royale à laquelle le Seigneur nous appelle. Il veut faire de nous un instrument entre ses mains pour réécrire l’histoire d’un collègue de bureau, d’un voisin, d’un membre de votre famille toujours enchaîné par le diable.

Votre engagement vous fera participer au merveilleux programme que le Seigneur a initié il y a deux milles ans. Rappelez-vous qu’il y a une bénédiction qui accompagne ceux et celles qui s’engagent dans ce programme (1 Co 3.14). Qui sait? Vous êtes peut-être venu à Montréal (Canada) pour participer à la vaste opération 1-1-0-11.

Amen!

Rév. J. Kabuya Masanka , Dr Th.

Communauté Évangélique de Pentecôte (CEP)

Montréal le 05 février 2017

© 2018 Église La Citadelle - Tous les droits sont réservés.

Suivez-nous :