Quelle joie pour moi de pouvoir commencer cette nouvelle année avec vous! Qu’en 2017, le Seigneur vous accorde une pluie abondante qui donnera à chacun de l’herbe dans son champ (Zacharie 10.1). Tout au long de l’année, qu’il marche devant vous en sa qualité de bon berger, de pourvoyeur et de protecteur.

Le premier message de l’année est pour moi l’occasion que le Seigneur me donne pour présenter la nouvelle vision annuelle et les grandes lignes de la marche des Églises de la CEP.

DEUTÉRONOME 2.24-25

Lisons maintenant les versets 24-25 du chapitre 2 du livre de Deutéronome.

24Levez-vous, partez et passez le torrent de l’Arnon. Regarde, je livre entre tes mains l’Amoréen Sihon, roi de Hesbon, et son pays. Commence la conquête, fais-lui la guerre! 25Je vais répandre dès aujourd’hui la frayeur et la peur vis-à-vis de toi sur tous les peuples qui sont sous le ciel. À la seule mention de ton nom, ils trembleront et seront saisis d’angoisse à cause de toi (Second 21).

L’Éternel parle au peuple d’Israël de la génération de Josué et de Caleb en leur adressant cet ordre pressant : « Levez-vous, partez, passez le torrent… commence la conquête… » Nous sommes ici en présence du peuple que Dieu a fait sortir d’Égypte et qui avait beaucoup de rêves et d’ambition à réaliser dans le nouveau pays dont il prendrait possession.

On ne peut pas blâmer le peuple d’avoir eu de si grands rêves puisque le nom même du pays – un pays où coulent le lait et le miel ‑ favorisait ces rêves. Mais 40 ans sont passés et le peuple n’est toujours pas entré dans le pays. Plusieurs sont morts. Ceux qui sont encore en vie ont été durement éprouvés par les intempéries du désert.

Une série de mots se bousculent dans ma tête pour expliquer la souffrance et la douleur que ce peuple a endurées pendant son séjour forcé dans le désert, mais aucun ne peut vraiment traduire ce qu’il a vécu. N’empêche, j’aimerais quand même en dresser une petite liste.

  • Israël a tourné en rond pendant quarante ans.
  • Le peuple a pleuré et enterré tous ses héros.
  • Israël a passé quarante ans à se questionner sur la foi en Dieu et ses promesses.

Nous sommes donc en présence d’un peuple découragé, désespéré, fatigué de vivre dans le désert et confus de ne pas comprendre le plan de Dieu pour sa vie. Bref, c’est un peuple qui a un goût amer de la vie.

QUAND LA MAIN DE DIEU ÉCRIT UNE NOUVELLE PAGE D’HISTOIRE

Le mot d’ordre de Dieu : « Levez-vous, partez, passez … commence la conquête… » révèle deux vérités importantes.

  1. Premièrement, l’Éternel tourne la dernière page d’une histoire vieille de 40 ans. Il s’agit de la page du jugement prononcé contre Israël à cause de son incrédulité; lequel jugement lui a fait passer 40 ans dans le désert à tourner en rond. Quelle joie d’apprendre que Dieu tourne une fois pour toute les pages sombres de cette histoire. En d’autres mots, Dieu dit à Israël : ton désert est fini. Imaginez l’ambiance festive qui devait régner dans les tentes et la rapidité avec laquelle les hommes d’Israël ont démantelé les campements de fortune, arraché et détruit les tentes, brisé les chevreaux, brûlé les ordures pour ne garder aucun souvenir de cette période sombre de leur vie pendant que, de leur côté, les femmes emballaient tous leurs effets personnels afin de prendre un nouveau départ vers le pays promis. Il fallait partir vite et surtout ne pas trainer.
  1. Deuxièmement, par ce mot d’ordre, Dieu inaugure un temps nouveau dans l’histoire de son peuple. Il lui offre une nouvelle qualité de vie. Un jour nouveau se lève sur le campement des Israélites. Le mot d’ordre de Dieu est comme un rayon de soleil qui chasse les ténèbres et apporte lumière et joie dans le camp d’Israël. Ce temps nouveau est annoncé par l’expression : commence la conquête pour entrer dans la terre promise. Le changement est de taille. Israël passe d’une vie de quête à l’abondance, d’une vie de nomade à une vie de sédentaire, d’une terre aride à une terre arable, d’un séjour dans des tentes à un séjour dans de belles résidences, de l’eau coulant d’un rocher à l’eau d’un puits creusé et bien entretenu. La conquête marque un point tournant dans l’histoire de ce peuple.

2017, ANNÉE DE CONQUÊTE

Le terme conquête peut rappeler les huit premières années d’implantation de la CEP. L’Église est passée par un temps de réveil, marqué par la manifestation toute puissante de la main de Dieu dans la vie de son Église naissante.

Souvenez-vous des témoignages extraordinaires de vies transformées, des nombreux cas de guérisons physiques et émotionnelles, des délivrances d’hommes et de femmes qui étaient sous l’emprise de puissances maléfiques.

Avec le temps, le mot conquête a désigné les trois jours de jeûne et de prière qui attiraient les fidèles en provenance d’autres Églises et qui étaient à la recherche d’une expérience avec le Saint-Esprit. Sitôt terminé, ils rentraient dans leurs Églises respectives.

La conquête, une vision encore actuelle

La conquête est une saison de bénédictions, car elle commence par un message de consolation et de positionnement : Mon serviteur Moïse est mort. Maintenant donc, dispose-toi à traverser le Jourdain avec tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux Israélite (Josué 1.2). L’Éternel a guéri le cœur de Josué et il l’a désigné pour remplacer Moïse. C’est ainsi qu’il devint le deuxième conducteur d’Israël.

La conquête a commencé par la bonne nouvelle de la nomination de Josué. Il en sera de même pour nous en 2017. Ce sera une année de bonnes nouvelles et de bénédictions pour chacune de nos vies et celle de l’Église. Le Dieu de surprise marchera devant nous et sa droite nous bénira.

La conquête désigne le combat que le peuple d’Israël a livré pour chasser les Cananéens du territoire que l’Éternel leur avait donné. Si Israël combattait pour conquérir un territoire démographique, nous, aujourd’hui, nous avons des domaines de notre vie à revendiquer : la liberté en Christ, les finances, le mariage, les études, le travail, etc.

Le peuple de Dieu de la génération de Josué et de Caleb a combattu avec des armes conventionnelles, mais l’apôtre Paul nous convie à combattre avec des armes spirituelles, c’est-à-dire par le jeûne et la prière (2 Corinthiens 10.3-5).

L’année 2017 sera pour nous une année de jeûne et de prière qui nous permettra de renverser les forteresses, les puissances et les autorités qui aveuglent, séduisent, attaquent, dépouillent et nous empêchent de jouir de la pleine bénédiction que le Seigneur a préparée pour nous.

La conquête désigne la marche victorieuse du peuple d’Israël pour entrer dans sa destinée : occuper et élargir son territoire ainsi que sa zone d’influence parmi les nations.

L’année 2017 vous place devant un défi personnel comme celui d’acquérir une maison, de changer de véhicule, de partir en affaires. Le moment sera favorable. En tant qu’Église, le quartier Saint-Michel est le territoire que le Seigneur nous a donné à conquérir pour gagner des âmes et répandre la bonne odeur de Christ.

Les quatre axes de l’année de conquête

Le livre de Josué est une grande source d’inspiration pour mener à bien la conquête à laquelle le Seigneur nous convie. Voici les quatre grands axes de l’année 2017.

Action

Le mot d’ordre de Dieu comporte cinq verbes d’action : Levez-vous, partez et passez… Commence la conquête… Fais-lui la guerre! Dieu promet de lui donner le pays, mais il invite aussi son peuple à passer à l’action. L’action est un engagement qui consiste à investir du temps, des efforts, de l’énergie, de l’intelligence, des talents, de la connaissance, de la compétence et de l’expérience.

L’expression « commence la conquête » indique que sur le chemin des bénédictions, nous avons un rôle à jouer : prendre des initiatives, s’engager, fournir des efforts, s’impliquer davantage.

Une fois que l’Éternel a désigné Josué comme conducteur de son peuple en remplacement de Moïse, il lui dit :

Maintenant, lève-toi, passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’Israël (Josué 1.2).

Josué doit se lever. La mort de Moïse l’avait ébranlée et affectée. Il était probablement assis, portant le deuil de son mentor et plongé dans un état de profond découragement. L’Éternel lui demande de sortir de la vallée du découragement qui risque de faire de lui une victime. Pour voir la promesse de Dieu se concrétiser, Josué et tout le peuple doivent s’engager dans la bataille de la libération du territoire promis.

L’action à laquelle l’Éternel convie Josué est d’abord individuelle : toi, passe le Jourdain et collective : et tout ce peuple. Chaque personne, chaque membre de la communauté, sans exception doit se lever et agir.

Dieu lui donne des promesses, mais Josué doit prendre des initiatives, engager le peuple à l’action afin que la puissance de Dieu se manifeste. C’est d’ailleurs ce qu’il fait. Il convoque les officiers du peuple et les engage à passer à l’action sans laquelle les promesses de Dieu resteraient de simples déclarations de foi.

Parcourez le camp, et voici ce que vous commanderez au peuple : Préparez-vous des provisions, car dans trois jours vous passerez ce Jourdain pour aller conquérir le pays dont l’Eternel, votre Dieu, vous donne la possession (v. 11).

La bénédiction et la puissance de Dieu se manifestera dans l’action individuelle et collective que nous poserons tout au long de l’année 2017.

Détermination

Lors de la crise générée par le rapport de mission des douze espions qui avaient exploré le pays, Caleb a prononcé une parole qui révèle l’état d’esprit des hommes et des femmes qui réussissent : Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre Moïse. Il dit : Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs! (Nombres 13.30).

Les expressions « montons, emparons-nous » traduisent l’état d’esprit d’un cœur déterminé à agir pour voir Dieu bénir et accorder des fruits. L’Éternel donne l’ordre au peuple d’Israël, affaibli par 40 ans d’épreuves dans le désert, d’aller conquérir le pays de Canaan. Israël n’avait plus d’armée et les hommes qui devaient se mettre en marche pour la guerre étaient défavorisés face aux armées puissantes et entraînées des royaumes qui peuplaient le pays de Canaan.

La foi en Dieu et la détermination sont les seules armes puissantes sur lesquelles comptent Josué, Caleb et tout Israël. La détermination est le caractère d’un héros. Il est résolu à s’engager totalement. Il s’implique à fond et jusqu’au bout malgré les difficultés.

La détermination est la volonté de se battre jusqu’au bout pour avoir de meilleurs résultats. Elle engendre la persévérance pour mener à bien un travail (projet) malgré les difficultés, les pertes et les ratés rencontrées sur le chemin.

Endurance

L’endurance est la première leçon que l’Éternel apprend à Josué lors de la bataille contre la ville de Jéricho. Voici les instructions qu’il lui donne :

2L’Eternel dit à Josué : Vois, je livre entre tes mains Jéricho et son roi, ses vaillants soldats. 3Faites le tour de la ville, vous tous les hommes de guerre, faites une fois le tour de la ville. Tu feras ainsi pendant six jours. 4Sept sacrificateurs porteront devant l’arche sept trompettes retentissantes; le septième jour, vous ferez sept fois le tour de la ville; et les sacrificateurs sonneront des trompettes. 5Quand ils sonneront de la corne retentissante, quand vous entendrez le son de la trompette, tout le peuple poussera de grands cris. Alors la muraille de la ville s’écroulera, et le peuple montera, chacun devant soi (Josué 6.2-5).

Encore une fois, l’Éternel donne une promesse : Je livre entre tes mains Jéricho et son roi, ses vaillants soldats. Par contre, Josué doit s’impliquer pour voir Dieu agir. C’est ainsi que l’Éternel lui donne un plan de guerre qui est d’ailleurs un entrainement à l’endurance.

Les sacrificateurs, suivis par les hommes de guerre, doivent faire le tour de la ville une fois par jour pendant six jours. Au septième jour, ils feront sept fois le tour de la ville et à la septième fois, les sacrificateurs feront retentir le son des trompettes et le peuple poussera des cris. L’Éternel déploiera sa puissance et la muraille de la ville tombera.

Les hommes engagés dans cette opération font face à la chaleur accablante du Moyen Orient, au manque d’eau, à la pression du vent et des tempêtes de sable. Ces hommes de guerre auraient pu être tentés d’abandonner la marche à cause de l’épuisement et des difficultés rencontrés sur la route de la mission.

Cet exercice constitue la meilleure école de formation pour apprendre à tenir ferme face à la fatigue physique, morale et mentale. C’est ce qu’aura besoin l’armée de Josué lors de ses combats futurs. L’endurance est le prix à payer pour réussir (gagner).

L’armée de Gédéon était composée de 300 jeunes gens qui n’avaient aucune expérience de la guerre et qui, de ce fait, étaient mal entrainés et mal équipés pour affronter les Madianites. Ils avaient pour seules armes leur foi en Dieu et leur endurance. Juges 8.4-5, mentionne qu’après avoir livré bataille toute la nuit et toute la journée, Gédéon et ses hommes étaient fatigués, mais qu’ils poursuivaient toujours.

4Gédéon arriva au Jourdain, et il le passa, lui et les trois cents hommes qui étaient avec lui, fatigués, mais poursuivant toujours. 5Il dit aux gens de Succoth : Donnez, je vous prie, quelques pains au peuple qui m’accompagne, car ils sont fatigués, et je suis à la poursuite de Zébach et de Tsalmunna, rois de Madian (Juges 8.4-5).

« Fatigués mais poursuivant toujours » telle est notre devise pour l’année 2017. Ne vous apitoyez pas sur vous-même; ne laissez pas les gens vous entraîner dans le découragement après avoir perdu un combat. Josué avait perdu le combat contre Aï. Il était découragé et couché au sol, mais l’Éternel l’interpelle et lui ordonne de se lever et de continuer la bataille (7.10).

Productivité

Porter des fruits en 2017, c’est la volonté de Dieu pour votre vie. Il y a des promesses de Dieu sur votre vie, sur votre famille et sur l’Église. Mais cela sera insuffisant si les principes que nous venons d’invoquer ne sont pas mis en application. Autrement, les promesses resteront de simples déclarations de foi.

Isaac est un bon modèle de productivité. C’est un homme qui a reçu des promesses, mais qui a aussi porté beaucoup de fruits.

12Isaac fit des semailles dans le pays et récolta cette année-là le centuple de ce qu’il avait semé. L’Éternel le bénissait. 13Isaac devint un personnage important. Son importance s’accrut encore et il devint même un homme très puissant. 14Il possédait des troupeaux de moutons, de chèvres et de bovins, et beaucoup de serviteurs, de sorte que les Philistins devinrent jaloux de lui. 15Ils comblèrent tous les puits que les serviteurs de son père Abraham avaient creusés du vivant de ce dernier en les remplissant de terre. 16Alors Abimélek dit à Isaac : Va, quitte ce pays, car tu es devenu beaucoup plus puissant que nous. 17Isaac partit et alla dresser son camp dans la vallée de Guérar où il s’établit. 18Il s’installa et fit déboucher les puits qu’on avait creusés du temps de son père Abraham et que les Philistins avaient comblés après la mort d’Abraham, et il leur donna les mêmes noms que son père. 19En creusant dans la vallée, les serviteurs d’Isaac découvrirent une source d’eau vive. 20Les bergers de Guérar cherchèrent querelle aux bergers d’Isaac en prétendant : « Cette eau est à nous. » Isaac donna à ce puits le nom d’Esèq (Dispute) parce qu’on s’était disputé avec lui à son sujet. 21Ensuite ils creusèrent un autre puits, pour lequel on lui chercha de nouveau querelle; il le nomma Sitna (Opposition). 22Puis il partit de là et creusa un autre puits pour lequel on ne lui chercha pas querelle; il l’appela donc Rehoboth (Larges espaces), car, dit-il, maintenant l’Éternel nous a mis au large et nous prospérerons dans le pays (Genèse 26.12-22).

Bien qu’il ait reçu des promesses (26.2-4) et qu’il servait Dieu, Isaac a respecté les principes de productivité. Il a pris l’initiative de labourer un champ et de semer. Il s’est investi. Il n’a pas cédé à la fatigue, à l’opposition et la résistance. Il était déterminé. La productivité est la récompense de l’investissement, de la détermination et de l’endurance.

CONCLUSION

L’année de conquête commence avec le mot d’ordre du Seigneur : Levez-vous, partez et passez … Commence la conquête… Fais-lui la guerre! Une belle promesse s’attache à ceux et celles qui s’engagent à faire la conquête. Le Seigneur promet de leur donner le pays et de bénir les hommes et les femmes qui s’engagent dans la conquête. Ils seront des hommes d’influence et des femmes d’impact.

Ce mot d’ordre exige une action individuelle et collective ainsi qu’un investissement. Débutons l’année en prenant des décisions qui changeront notre vie personnelle et celle de notre Église.

  • Action (s’investir, s’engager sans ménager les efforts)
  • Détermination (être résolu et ferme)
  • Endurance (payer le prix)
  • Productivité (porter des fruits, réussir)

L’année 2017 nous place devant de grands défis pour la croissance numérique de l’Église et son influence dans le quartier Saint-Michel où le Seigneur nous a établis.

Sur le plan personnel :

  • En 2017, je me lève.
  • En 2017, je prends des initiatives et je m’investis.
  • En 2017, je me donnerai à fond pour réussir.
  • En 2017, je paierai le prix pour porter des fruits.

Amen!

Rév. J. Kabuya Masanka, Ph.D.

Montréal le 08 janvier 2017

CEP Internationale

 

© 2018 Église La Citadelle - Tous les droits sont réservés.

Suivez-nous :