1 Rois 18.30-39

30Elie dit alors à tout le peuple : « Approchez-vous de moi! » Tout le peuple s’approcha de lui. Elie répara l’autel de l’Éternel, qui avait été démoli. 31Il prit 12 pierres, d’après le nombre des tribus issues des fils de Jacob, l’homme auquel l’Éternel avait dit : « Tu t’appelleras Israël ». 32Avec ces pierres, il reconstruisit un autel au nom de l’Éternel. Il fit autour de l’autel un fossé pouvant contenir une quinzaine de litres. 33Il arrangea le bois, coupa le taureau en morceaux et le plaça sur le bois. 34Puis il dit : « Remplissez d’eau quatre cruches et versez-les sur l’holocauste et sur le bois. » Il dit : « Faites-le une deuxième fois. » Et ils le firent une deuxième fois. Il dit : « Faites-le une troisième fois. » Et ils le firent une troisième fois. 35L’eau coula tout autour de l’autel et l’on remplit aussi d’eau le fossé. 36Au moment de la présentation de l’offrande, le prophète Elie s’avança et dit : « Éternel, Dieu d’Abraham, d’Isaac et d’Israël! Que l’on sache aujourd’hui que c’est toi qui es Dieu en Israël et que moi, je suis ton serviteur et j’ai fait tout cela sur ton ordre! 37Réponds-moi, Éternel, réponds-moi, afin que ce peuple reconnaisse que c’est toi, Éternel, qui es Dieu, et que c’est toi qui ramènes leur cœur vers toi! » 38Le feu de l’Éternel tomba alors. Il brûla l’holocauste, le bois, les pierres et la terre, et il avala l’eau qui était dans le fossé. 39Quand ils virent cela, tous les membres du peuple tombèrent le visage contre terre et dirent : « C’est l’Éternel qui est Dieu! C’est l’Éternel qui est Dieu! »

Les hommes et les femmes qui marchent avec Dieu sont constamment témoins des miracles de l’intervention de Dieu. Peu importe le chemin qu’ils empruntent, ils finissent toujours par voir la main de Dieu essuyer des larmes, guérir des cœurs brisés, relever une tête couverte de honte, changer une saison sèche en une saison qui donne des fruits en abondance.

La liste de ce que Dieu promet de faire pour ceux et celles qui lui sont fidèles est longue. Mais ce qui est important de se rappeler ici, c’est que les miracles de l’intervention de Dieu sont encore possibles aujourd’hui.

La prochaine clé de l’intervention de Dieu se trouve au verset 24. S’adressant aux 450 prophètes de Baal, Élie leur dit : Puis faites appel au nom de votre dieu. Quant à moi, je ferai appel au nom de l’Éternel. Le dieu qui répondra par le feu, c’est celui-là qui sera Dieu. Tout le peuple répondit : « C’est bien! » (1 Rois 18.20-24)

« Faire appel à Dieu », c’est une expression que le prophète emploie pour désigner la prière. Tous les signes et prodiges accomplis dans le ministère d’Élie et dans le reste de la Bible trouvent leur explication dans la prière. Vous aurez donc compris que la prochaine clé de l’intervention de Dieu sera la prière.

La prière

Il y a un rapport étroit entre la prière et l’intervention de Dieu.

  • Le fils de la veuve de Sarepta meurt. Élie monte dans la chambre, il s’enferme avec le corps inerte de l’enfant et il prie. Dieu intervient et le ramène à la vie (17.18ss).
  • Face à la sécheresse qui ravage le pays depuis 3 ans, Élie monte sur le Mont Carmel et prie avec insistance. Dieu intervient en envoyant la pluie (18.41ss).
  • Pour le sortir de sa dépression, Dieu lui accorde le repos et le nourrit. Ensuite il invite Élie à se tenir sur la montagne pour que celui-ci puisse se révéler à lui. Il lui offre alors tout un spectacle audiovisuel pour lui adresser un message qui lui fera du bien. Il lui révèle d’abord son absence du vent violent, d’un tremblement de terre et d’un feu, avant de manifester sa présence dans un doux murmure. Élie est à l’écoute (19.7ss) et ouvre son cœur à Dieu.

L’Éternel est le centre d’intérêt du prophète Élie. La prière est le chemin qui nous conduit dans sa sainte présence.

Trois qualités pour être témoin de l’intervention de Dieu

La vie du prophète Élie est une véritable source d’inspiration en ce qui concerne l’expérimentation de l’intervention de Dieu.

1.            Il ne regarde pas aux circonstances

Devant l’ampleur de la sécheresse, Élie n’a pas regardé aux circonstances défavorables qui l’entouraient sinon il aurait été effrayé, découragé et n’aurait pas prié. Au contraire, Élie prie parce qu’il constate que les rivières sont sèches, les herbes brûlées, et que le bétail meurt de soif et de faim. Il prie parce que les habitants du pays sont consternés devant leurs greniers qui sont vides et parce qu’ils meurent eux aussi de faim et de soif.

Les circonstances de votre vie sont défavorables et alarmantes. Elles vous communiquent que la situation est trop difficile, que vous ne vous en sortirez pas et que ça ne sert à rien de prier. Au contraire, comme Élie vous devez prier pour ces circonstances.

Lors de sa confrontation avec les prophètes de Baal, Élie subit une double pression intérieure : d’une part, il est face à un autel où le bois est mouillé. Humainement parlant, il ne voit pas comment le bois peut s’allumer sans l’aide d’un combustible. D’autre part, il y a 450 prophètes de Baal qui crient dans toutes les directions et qui trouvent un écho chez le peuple qui avait déjà abandonné les voies de l’Éternel.

Priez, c’est faire le choix de se tourner vers le Dieu grand et tout-puissant. Celui qui prie, décide de ne pas laisser les circonstances défavorables prendre le dessus sur sa foi. Il lève les yeux vers l’Ancien du jour assis au-dessus des circonstances alarmantes.

2.            Il s’éloigne de la mauvaise opinion des autres

Au verset 36, Élie s’avance seul vers l’autel. Baal n’ayant pas répondu à ses prophètes, la foule n’en attend pas plus d’Élie. Les commentaires négatifs fusent de toute part. Devant cette situation, le prophète Élie sort de la foule et ferme ses oreilles aux paroles négatives et décourageantes du peuple pour ne pas paralyser sa foi en Dieu.

Élie avance seul devant l’autel. Il est convaincu que Dieu n’a pas besoin d’une multitude pour intervenir.

3.            Il confesse sa foi

Élie ouvre la bouche pour confesser sa foi en Dieu même si les circonstances sont défavorables. Pour Élie, son Dieu est vivant. On ne peut pas le comparer à Baal. Le Dieu vivant a des oreilles pour entendre, des yeux pour voir, des mains pour donner et secourir. Élie ouvre la bouche pour proclamer la grandeur et la toute-puissance de Dieu.

L’ennemi profite de ces situations pour nous montrer l’ampleur du désastre et la gravité de l’épreuve. C’est une stratégie de l’ennemi pour nous arracher la louange de notre bouche. Le prophète Élie est conscient du désastre, de la gravité de la situation mais il ouvre quand même la bouche, car il croit que l’Éternel est capable d’intervenir.

Les circonstances difficiles surviennent dans notre vie pour nous fermer la bouche ou simplement pour la remplir de plaintes et de murmures. Mais au contraire ouvrons notre bouche, louons Dieu parce que nous croyons qu’il est vivant et capable d’intervenir.

Trois principes de la prière qui amène le feu

Le prophète Élie est seul devant 450 prophètes de Baal. Il bâtit l’autel, arrange le sacrifice sur l’autel, il ouvre la bouche et invoque l’Éternel. Son Dieu répond en faisant tomber le feu sur l’autel. Regardons maintenant trois principes de la prière qui amène le feu.

 1.            L’invocation (v. 36a)

Une fois devant l’autel, le prophète Élie ouvre la bouche et s’adresse à l’Éternel. Pour bien exploiter le sens de l’invocation, lisons deux modèles d’invocation dans l’AT.

Le royaume de Juda est encerclé par les armées puissantes des peuples voisins. Le roi Josaphat ne regarde pas aux circonstances et s’adresse à Dieu ainsi :

6Il dit : « SEIGNEUR, Dieu de nos ancêtres, c’est toi qui es dans le ciel, c’est toi qui gouvernes tous les royaumes de la terre. Tu possèdes la force et la puissance, et personne ne peut te résister. 7C’est bien toi, notre Dieu, qui as chassé les habitants de ce pays, quand Israël, ton peuple, y arrivait. Et tu as donné ce territoire pour toujours aux membres de la famille d’Abraham, ton ami (2 Chroniques 20.6-7).

Dans son invocation, il s’adresse

  • au Dieu de ses ancêtres
  • au souverain Roi
  • au Dieu qui possède la force et la puissance
  • au Dieu qui fait des prodiges

Voici le modèle de prière d’invocation du prophète Daniel.

Ah! Seigneur, Dieu grand et redoutable, toi qui gardes ton alliance et ta bienveillance envers ceux qui t’aiment et qui observent tes commandements! (Daniel 9.4).

Daniel commence sa prière en s’adressant à Dieu en ces termes :

  • Seigneur
  • Dieu grand et redoutable
  • Dieu fidèle et bon

L’invocation sert à nourrir notre foi avant même de présenter nos requêtes. Dans l’invocation, nous proclamons la grandeur, la majesté et l’autorité de Dieu tout en confessant ce qu’il est.

 2.            L’alliance (v. 36b)

La relation avec Dieu s’articule à travers l’alliance. En répandant son cœur devant Dieu, Élie dit : Dieu d’Abraham, d’Isaac et d’Israël. Cette expression revient souvent dans l’AT pour désigner l’alliance de Dieu avec son peuple. Il s’agit d’un pacte de fidélité que Dieu a conclu avec son peuple sur le Mont Sinaï. Le prophète Élie rappelle à Dieu son engagement envers son peuple Israël. Tout ce que Dieu peut faire pour son peuple est inscrit dans l’alliance sous forme de promesses. Voici quelques exemples :

  • Je marcherai au milieu de vous
  • Je te bénirai
  • Je ne t’abandonnerai pas
  • Je te protégerai
  • Je combattrai pour vous, etc.

Lorsque le prophète fait référence au Dieu d’Abraham, d’Isaac et d’Israël, il rappelle à Dieu ses promesses envers son peuple.

Quant à nous, nous sommes l’Israël spirituel. Nous sommes en alliance avec Dieu par le sang de Jésus-Christ qui a été versé sur le Mont Golgotha (Matthieu 26.26ss). Cette alliance nous rappelle la dimension de la grâce, de la miséricorde et du pardon de Dieu.

 3.            Chercher la gloire de Dieu

Au verset 36, nous lisons cette belle expression qui indique la raison pour laquelle Élie prie :

À l’heure habituelle de l’offrande du soir, le prophète Elie s’approcha de l’autel et pria : Éternel, Dieu d’Abraham, d’Isaac et d’Israël, que l’on sache aujourd’hui que c’est toi qui es Dieu en Israël, que je suis ton serviteur et que j’ai fait tout cela sur ton ordre!

Le prophète Élie a bâti l’autel et a affronté les 450 prophètes de Baal pour faire éclater la gloire de Dieu, ramener les cœurs du peuple vers son Dieu et sanctifier le pays.

Les motifs de notre prière doivent être purs. Nous devons chercher la gloire de Dieu et vouloir que le royaume de Dieu avance.

Conclusion

Par la prière d’un seul homme, Dieu ouvre les cieux, il écoute, il fait tomber le feu sur l’autel mouillé par l’eau, il redonne la vie à un enfant mort, il envoie la pluie après trois ans de sécheresse. Élie est un homme ordinaire. Le secret de sa vie de prière : il ne se laisse pas influencer par les circonstances défavorables, il ferme ses oreilles aux murmures, aux plaintes et au découragement. Par sa prière, il témoigne de sa foi en Dieu.

Priez est un choix. Par la prière, Dieu peut façonner le court de l’histoire de votre vie et de votre famille.

Amen

Rév. J. Kabuya Masanka

CEP/ Montréal le 06- nov -2016

© 2018 Église La Citadelle - Tous les droits sont réservés.

Suivez-nous :